Your browser does not support JavaScript! La gestion et la résolution de conflits selon la pédagogie Montessori
Association Montessori Luxembourg
Loading
Jan 25, 2022

La gestion et la résolution de conflits selon la pédagogie Montessori

La gestion et la résolution de conflits selon la pédagogie Montessori

Introduction

Le mot conflit vient du latin « conflictus » qui signifie : « heurt, choc, lutte, attaque ». Le terme « conflit » s’applique aujourd’hui à toute opposition survenant entre des partis en désaccord, l’un souhaitant imposer ses positions en allant à l’encontre des attentes ou des intérêts de l’autre parti.

Selon le Dr Austruy, psychiatre à Paris, « toute situation relationnelle entraîne nécessairement des conflits », tout dépend du degré de liberté d’expression et d’égalité entre les individus. À l’origine d’un conflit, on trouve toujours des intérêts divergents, des sentiments heurtés ou des désirs différents. « En fait, le conflit pose la question de l’autre, qui a parfois la mauvaise idée de ne pas vouloir ce que l’on veut ! ».

Lors de mes précédentes expériences sur le terrain, j’ai pu constater que la gestion des conflits n’était pas toujours gérée en faveur de l’enfant, la personne de référence ne prêtait pas forcément attention aux besoins de l’enfant. Travaillant depuis deux ans dans une structure mettant en place la pédagogie Montessori, j’ai pu remarquer une différence considérable dans le comportement adopté par l’adulte face à la gestion et à la résolution des conflits.

La problématique de ce travail est donc un questionnement autour de la gestion et la résolution de conflits selon la pédagogie Montessori.

Mon travail est composé de trois parties. Comportant d’une part le développement de la théorie sur la gestion des conflits. Comportant d’autre part le rôle et l’attitude de l’éducateur face aux conflits. Se terminant par mon vécu par rapport à la gestion et à la résolution des conflits en structure Montessori.

1) Point de vue théorique sur la gestion et la résolution de conflits

– Le concept général

  1. Le conflit expérimental : consiste à tester le pouvoir et les aptitudes d’un individu ;
  2. Le conflit instrumental : nous ne sommes pas d’accord sur les moyens pour atteindre une même finalité ;
  3. Le conflit d’orientation de stratégie : nous n’avons pas les mêmes objectifs ;
  4. Le conflit caractérologique : manque d’atomes crochus ;
  5. Le conflit idéologique : confrontation de croyances différentes ;
  6. Le conflit institutionnel : critique exprimée de manière détournée qui affecte l’information et la communication.

L’émergence d’un conflit au sein d’un groupe peut avoir un côté positif. En effet, il peut faire apparaître ;

  • Un disfonctionnement réel (règles obsolètes, conditions matérielles difficiles etc…) ;
  • Un appel à la créativité ;
  • Un appel à la considération de l’autre ;
  • Un appel à la redéfinition du rôle et de la place de chacun.

Si le conflit est installé, d’une manière ou d’une autre, il aura un terme. Afin que sa résolution convienne à tout le monde, il est nécessaire de :

  • S’assumer en tant qu’acteur ;
  • Identifier le problème et les effets du problème ;
  • Définir l’objectif commun à atteindre ;
  • Définir les enjeux ;
  • Exprimer sa vision, son ressenti, ses propositions ;
  • Accepter que les autres expriment aussi leur vision ;
  • Parler à autrui et surtout éviter de parler d’autrui ;
  • Observer ses propres faits et gestes en tant qu’éducateur (quels sont les atouts et les contraintes de ce mode de fonctionnement ?).

Un conflit n’est pas un problème, les deux notions sont parfois confondues : il est important de pouvoir différencier ces deux notions.

  Conflit  Problème
Le conflit est une opposition, un heurt, un choc.Le problème est un écart entre une situation existante et une situation souhaitée.
Le conflit survient quand il y a une accumulation d’insatisfactions, résultantes d’un ou de plusieurs problèmes non résolus.Le problème engendre une insatisfaction acceptable.
Nous sommes dans le domaine émotionnel.Nous sommes dans le domaine du rationnel.

Le conflit est souvent perçu comme une lutte de pouvoir dans laquelle il doit y avoir un gagnant et un perdant. D’un point de vue psychologique, les personnes étant impliquées dans un conflit traversent des états émotionnels forts.

– Le conflit entre des enfants

Les réactions impulsives chez les enfants sont dues au fait que leur équipement biologique n’est pas adapté pour résoudre les conflits. Lors de la petite enfance, les zones les plus développées sont celles qui gèrent les besoins de base. Il est donc normal que, face à une situation de conflits, les enfants réagissent instinctivement et sans réfléchir car ils ne maîtrisent pas encore leur corps ni leurs émotions.

Les enfants sont des acteurs en interactions, mais vivre ensemble dans un espace commun n’est pas toujours facile. Si on y prête attention, ils sont constamment en train de s’adapter.

« L’esprit de l’enfant est disposé jusqu’à ses racines, à l’obéissance. Seulement, quand l’adulte lui demande de renoncer à la commande du moteur qui le construit avec des lois inaltérables, l’enfant ne peut pas obéir. C’est comme si, à l’époque de la dentition, on lui demandait d’empêcher ses dents de sortir. Les caprices et la désobéissance de l’enfant sont les explosions d’un conflit vital entre sa poussée créatrice et son amour de l’adulte, qui ne le comprend pas » Maria Montessori, L’enfant.

Maria Montessori a observé les réactions douloureuses et violentes des enfants quand des obstacles extérieurs viennent entraver leur activité. Elle en conclut qu’elles étaient sans cause et les avait qualifiées de caprices. Elle considère le terme “caprice” comme une vague de phénomènes très différents entre eux.

Un caprice est tout ce qui n’a pas une cause apparente, toute action illogique et invincible. Les périodes sensibles permettent d’expliquer beaucoup de caprices des enfants.

Les conflits intérieurs en lien avec les périodes sensibles sont passagers, comme l’est la période sensible et ils ne laisseront donc pas de traces dans le caractère de l’enfant. Les caprices de la période sensible mettent en avant les besoins insatisfaits et sont de véritables avertissements sur une situation fausse ou sur un danger. Cependant, ils disparaissent instantanément quand il est possible de les comprendre et de les satisfaire. Il est de notre rôle de chercher les causes des manifestations des enfants que nous définissons comme capricieuses. Toutes ces recherches vont nous permettre de constituer un guide afin d’établir une période de compréhension et de paix dans nos rapports avec l’enfant.

« Les caprices sont l’expression d’une perturbation intérieure, d’un besoin insatisfait, à l’état aigu. Ils représentent une tentative de l’âme pour réclamer, pour se défendre. Ils se manifestent par un moment d’activité inutile et désordonnée qui se pourrait comparer, sur le plan physique, à ces hautes fièvres qui s’abattent brusquement sur les enfants, sans qu’une cause pathologique proportionnée y corresponde. On sait que c’est le propre de l’enfant d’avoir ces élévations impressionnantes de température pour de petites maladies qui laisseraient l’adulte à l’état quasi normal : une espèce de fièvre fantastique qui disparaît aussi facilement qu’elle est venue. » Maria Montessori, L’enfant.

2) L’attitude de l’éducateur

L’éducateur a une place importante dans la gestion et la résolution de conflits entre les enfants. L’observation constante des enfants va permettre à l’éducateur de savoir dans quelle période sensible il se trouve et d’adapter son attitude dans la gestion du conflit.

Maria Montessori a mis au point le décalogue de l’éducateur. Les dix points présents dans ce décalogue mettent en exergue les différentes attitudes que l’éducateur doit adopter. Si après, j’ai mis en avant les différents points en lien avec la problématique de mon travail.

  • « Ne touchez jamais l’enfant sauf s’il vous y invite (d’une manière ou d’une autre) » : L’éducateur doit pouvoir repérer les signes qui montrent que l’enfant a besoin de sa présence ou d’être en contact avec lui ;

  • « Ne dites jamais du mal d’un enfant, ni devant lui, ni en son absence »: L’enfant a besoin de la présence de l’adulte pour l’aider à résoudre les difficultés qu’il rencontre et non pour être jugé. N’oublions pas que l’enfant est une « éponge » et qu’il absorbe tout ce qui est présent dans son environnement ;
  • « Concentrez vos efforts à renforcer et à aider le développement de ce qui est positif en l’enfant » : Le rôle de l’éducateur va être d’écouter l’enfant et d’échanger avec lui afin de régler la discordance qu’il y a entre les deux enfants. Il est important d’établir un dialogue ouvert dans le but d’analyser la situation et de trouver une solution tous ensemble ;
  • « Mettez toute votre énergie dans la préparation du milieu, prenez-en soin régulièrement d’une façon méticuleuse. Aidez l’enfant à établir des bonnes relations avec le milieu » : L’ambiance est le lieu physique et psychologique dans lequel l’enfant évolue. La préparation et l’ambiance du milieu permettent à l’enfant de le soutenir dans ses actions ;
  • « Soyez toujours prêts à répondre à l’appel de l’enfant qui a besoin de vous, écoutez et répondez toujours à l’enfant qui a recours à vous » : L’éducateur doit être disponible et prêt à intervenir dans n’importe quelle situation. Lors de notre intervention, notre attitude (position, verbalisation) envers l’enfant est très importante ;
  • « Respectez l’enfant qui fait une erreur et qui peut, soit sur le moment se corriger lui-même, mais arrêtez fermement et immédiatement tout mauvais usage du matériel et toute action qui met en danger l’enfant, son développement, ou les autres enfants » : L’éducateur doit être présent pour les enfants et surtout observer constamment l’environnement dans lequel ils se trouvent. L’intention est de pouvoir agir de la manière la plus adéquate face aux diverses situations auxquelles les enfants vont faire face ;
  • « Traitez toujours l’enfant avec la plus grande politesse et offrez lui le meilleur de ce dont vous disposez » : L’éducateur doit être bienveillant, à l’écoute et toujours disponible de façon à répondre aux différents besoins de l’enfant. Il doit aussi adapter sa position, sa posture et son langage en fonction du public présent ;

L’éducateur doit veiller à adopter une attitude adaptée quand il intervient lors d’un conflit. Chaque comportement de l’enfant est un message qu’il veut nous transmettre. Il est donc primordial de guider l’enfant avec bienveillance, en vue de le comprendre et de l’accompagner dans son comportement.

En tant qu’éducateur, nous devons ajuster constamment nos comportements. Quand l’enfant manifeste de la colère ou du mécontentement lors d’un conflit, il ne faut pas émettre de jugement hâtif. Afin de gérer les conflits entre les enfants, l’éducateur doit garder en mémoire deux éléments.

a) Il faut adopter d’une part des attitudes et comportements adéquats :

  • S’interposer entre les enfants de façon à faire le relais entre eux ;
  • Se mettre à leur hauteur (s’accroupir s’il le faut) pour capter leur attention ;
  • Être proche d’eux afin d’entamer un dialogue ;
  • Si les enfants crient, il est important de leur parler avec un timbre de voix un peu plus bas que le leur et ensuite baisser progressivement le ton ;

b) Il faut adopter d’autre part une communication stratégique pacifiante en :

  • Donnant à chaque parti un temps de parole pour leur permettre d’exprimer leur vision de la situation, sans porter de jugement personnel ;
  • Reformulant ce que chacun dit ;
  • Observant et verbalisant la réaction de chacun ;
  • Parlant avec des phrases brèves ;
  • Ne demandant pas à l’enfant de nous regarder dans les yeux car il n’entend plus le message tant il est focalisé sur le regard jugeant ou réprobateur que l’adulte porte sur lui ;
  • S’en tenant aux faits et aux conséquences concrètes (montrer à l’enfant le résultat concret de son comportement et ensuite lui expliquer que, lorsqu’on agit ainsi, il se passe ce résultat) ;
  • Demandant aux enfants ce qu’ils proposent comme « solution » ;
  • Essayant de trouver une alternative à tous et en adéquation avec l’environnement, la sécurité et les règles ;

Afin de prévenir les conflits, l’éducateur peut mettre en place :

  • Des concertations et un travail de groupe entre tous les membres de celui-ci ;
  • Respecter les personnes qui l’entourent et leurs sentiments ;
  • Se remettre perpétuellement en question ;
  • Utiliser une communication efficace (écoute active et ouverte) ;
  • Être déterminer à poursuivre des objectifs communs ;

En tant qu’éducateur, nous devons observer le monde qui nous entoure et nous questionner lorsque nous percevons des changements. Nous sommes des êtres relationnels, nous devons remarquer les différences chez ceux qui nous entourent et les choses stables qui ne changent pas.

« Les caprices sont l’expression d’une perturbation intérieure, d’un besoin insatisfait, ce qui crée un état de tension. Ils représentent une tentative de revendication de l’âme qui cherche à se défendre. » Maria Montessori, l’enfant.

Il est important que l’on comprenne le fonctionnement des périodes sensibles chez les enfants afin de pouvoir décoder leurs réactions. Lorsque des obstacles extérieurs viennent perturber l’activité des enfants, la période sensible dans laquelle ils se trouvent peut provoquer des réactions violentes, que les adultes jugent souvent sans cause et considèrent comme des « caprices ». Tous les obstacles venant se mettre au travers du développement de la période sensible se manifestent par des moments d’activités inutiles et désordonnées. Maria Montessori compare ces moments à des « fièvres », qui sont pour elle des agitations violentes ayant des causes insignifiantes aux yeux des adultes. En réalité, ces agitations insignifiantes mettent en avant la sensibilité exceptionnelle de l’enfant lors de sa période sensible.

c) Lien avec mon expérience en Maison des Enfants :

Étant donné que les enfants évoluent dans un milieu de vie collectif, les conflits sont présents. Mon rôle d’éducatrice est d’apprendre à les gérer de manière adéquate afin que l’ambiance soit respectée et que l’enfant puisse évoluer dans un lieu physique et psychologique harmonieux. Une ambiance adaptée à l’enfant va lui permettre la normalisation et donc un développement harmonieux des comportements stables envers les personnes qui l’entourent ainsi que son travail.

La principale cause de conflits rencontrée en Maison des Enfants est la convoitise. C’est-à-dire qu’un enfant souhaite un travail ou un jouet qu’un autre a en sa possession. Il émet donc des difficultés à partager. L’enfant émet un engouement particulier pour l’objet possédé par un autre enfant, simplement parce qu’il est animé, vivant puisqu’il est manipulé, et donc plus attrayant.

Dans son quotidien, l’enfant vit des émotions variables et très intenses qui peuvent parfois être difficiles à accompagner pour les personnes qui l’entourent. Mon rôle va être de l’accompagner au mieux dans la gestion de ses différentes émotions en lui donnant la possibilité d’exister en tant que personne à part entière, différente de nous, avec ses particularités.

Lorsqu’un conflit entre deux enfants se présente, il est important de se mettre d’accord tous ensemble et de coopérer. Il faut respecter l’ambiance ainsi que le cadre et avoir des repères pour reconnaître les limites. Il est préférable que l’adulte discute avec les enfants et leur explique ce qui est bon pour eux, plutôt que de donner un ordre sans préavis. La conversation doit rester ouverte et montrer à l’enfant que l’adulte a confiance en lui et que son avis compte.

Il est important de laisser un temps de qualité égalitaire aux deux enfants. Si notre intervention est indispensable, nous devons alors agir pour les deux. Lors du conflit, ils sont submergés par différentes émotions. Il est impératif d’agir sans émettre de jugement, de les accompagner afin de ne pas les laisser seul et parfois démunis face à la situation. Notre accompagnement va permettre à l’enfant de se sentir soutenu, compris, et il va, petit à petit, lui permettre d’accepter ce qu’il traverse.

La pédagogie Montessori nous invite à agir avec courtoisie, que ce soit entre les enfants ou avec les adultes. Cela comprend toutes les règles de « savoir-vivre ». L’éducateur est le modèle de l’enfant tout au long de la journée. Nous devons respecter toutes les règles propres à chaque environnement. Celles-ci sont à la base d’une relation harmonieuse avec soi et avec autrui. Agir avec courtoisie va permettre à l’enfant de montrer son respect envers les personnes qui l’entourent. Cependant, obliger un enfant à dire pardon n’est pas en accord avec le concept de courtoisie. Nous devons toujours agir avec bienveillance et laisser chaque enfant évoluer et intégrer les concepts à son rythme.

Conclusion

Les conflits entre les enfants font partie de leur quotidien. L’éducateur peut les considérer comme des opportunités pour les aider à grandir. Les connaissances sur le fonctionnement du cerveau chez l’enfant nous montrent qu’un moment de panique lié à un conflit va déclencher chez lui un état défensif. Il sera incapable de réfléchir, il va se figer ou même s’enfuir et le rôle de l’éducateur sera donc de l’aider à se libérer de cette tension.

L’accompagnement de l’adulte joue un rôle très important. En aidant l’enfant à mettre des mots sur les situations difficiles qu’il rencontre, cela va permettre de l’aider à comprendre ce qu’il ressent et donner un nom aux émotions qui le traversent.

En tant qu’éducateur, notre rôle est de donner l’exemple aux enfants, d’élaborer et de transmettre des règles de vie, d’être disponible, d’être à leur écoute afin de construire une ambiance agréable et harmonieuse.

N’oublions pas que si des conflits surgissent, il y a souvent des signes avant- coureurs d’une situation potentiellement dégradable. Il est de notre rôle de repérer ces situations et d’agir en amont, afin de les éviter.

Pour terminer, il est important de prendre du recul face à la situation afin d’éviter tout jugement hâtif. Observer l’enfant permettra à l’éducateur de constater ce que celui-ci cherche à s’exprimer et qu’il n’a pas encore toutes les clés en mains pour le faire autrement (la verbalisation).

Article rédigé par Justine Meurisse, éducatrice pour les crèches du Groupe L’Enfant Roi

Bibliographie

  • https://www.psycho-ressources.com/bibli/conflit-signes-et-origines.html
  • https://decouvrir-montessori.com/caprices-besoins-caches/
  • Montessori, Maria. 1935. L’enfant
  • AML, 2019, La pédagogie Montessori pour les enfants de 0 à 4 ans
  • Giovanninna, Villan.2017. Formation sur la gestion et la prévention des conflits
  • Poussin, Charlotte. 2011. Apprends-moi à faire seul : La pédagogie Montessori expliquée aux parents.

Partagez votre intérêt !
Cart Item Removed. Undo
  • No products in the cart.
X
X